Joyeux Losar 2018

Aujourd’hui 16 février 2018 nous entrons dans l’année du Chien de Terre.

Le Chien est d’une nature honnête et loyale, et possède le sens de la justice.

La Terre renvoie au centre de toutes choses. Son symbole est un carré, la forme la plus stable. L’énergie de la terre est une énergie de solidification, de cristallisation et d’ancrage. Cette force est lente mais néanmoins puissante. Elle concrétise et stabilise. Les vertus de la Terre sont un sens du réalisme et du concret.

Dans l’ancienne religion chamanique tibétaine, les cinq éléments sont associés à cinq facteurs énergétiques qui soutiennent notre vie :

  • La (l’âme vitale, l’esprit),
  • Sok ou Vitalité,
  • Wangthang ou Pouvoir personnel, en lien avec la capacité à atteindre nos objectifs. C’est l’élément qui gouverne l’année. Quand on parle de l’année du chien de Terre, cela signifie simplement que l’élément du Wangthang est la Terre.
  • ou énergie de santé physique
  • LungTa (littéralement « Cheval du souffle ») unifiant Sok, et Wangthang et symbolisant la chance et la capacité à éloigner les mauvaises circonstances.

En cette année du chien de Terre, les facteurs énergétiques sont les suivants :

La Sok Wangthang LungTa
Feu Terre Terre Bois Métal

 

Par nature, l’élément de la vitalité Sok du chien est la Terre. Puisque le pouvoir Wangthang de l’année est la Terre, la Terre est doublement présente cette année !

Les astrologies tibétaine et chinoise nous enseignent que la Terre engendre le Métal, c’est-à-dire qu’il est potentiel au sein de la Terre. On parlerait ici volontiers de minerai, de métal précieux. Bien que moins virulente que l’an passé, l’énergie du métal sera donc encore présente cette année, apportant clarté et fermeté. Notre capacité à attirer à nous les conditions favorables seront liées à notre parfait alignement à nos convictions profondes.

Cette année sera à n’en pas douter une année constructive, mais attention, le pragmatisme est de mise et la mise en œuvre est lente ! Il conviendra d’assumer sa posture avec fermeté, tout en restant centré dans l’espace du cœur et en renforçant son ancrage à la Terre. C’est également le moment d’apporter sa contribution au service de la collectivité et de la Terre-mère.

Notre belle planète Terre souffre et il est plus qu’urgent d’en prendre soin.

Œuvrez en faveur de l’environnement, intéressez-vous au jardinage en biodynamie, prévoyez un sac poubelle pour vos promenades dominicales et profitez-en pour nettoyer les chemins, les fossés, les plages. Vous ferez du bien à votre corps, à votre âme et à la planète !

Au Tibet, il est important de maintenir l’harmonie entre l’homme et l’environnement, car notre LA intérieur est lié au LA extérieur. Les deux sont interdépendants. Souiller ou détruire notre habitat revient à menacer notre vie !!

Cela nous renvoie à la notion plus moderne d’écoresponsabilité.

A bien y réfléchir, quelle est la frontière entre intérieur et extérieur ? Nous sommes constitués des mêmes éléments que la planète. Notre corps, nos corps humains et animaux, nos organismes végétaux sont la Terre. Les minéraux sont la Terre. Ils sont en nous autant qu’au dehors. Nous-mêmes sommes un écosystème constitué de plusieurs milliards de microorganismes vivants.

Le respect de l’environnement passe par le respect de soi. Consommer des produits industriels transformés, adopter un style de vie inapproprié, rogner sur notre sommeil, nous le faisons tous à un moment ou un autre. Cette année du chien de Terre nous offre l’occasion d’amener tout cela à la conscience et de s’appuyer sur nos connaissances, nos compétences et renforcer nos bonnes pratiques individuelles, sociales et spirituelles.

Que nous dit la médecine traditionnelle tibétaine Sowa Rigpa ?

D’un point de vue médical, il faudra veiller à bien prévenir tout déséquilibre de la rate, de l’estomac et plus généralement de l’énergie Badkan. Soutenir Medrod, la chaleur digestive est primordial, en ce qu’une bonne digestion est un pilier central de la santé. Cela sera d’autant plus valable si vous êtes d’une constitution combinée de Badkan* et d’une autre énergie, voire « carrément » d’une constitution majoritairement Badkan.

L’Eau est encore absente cette année, ce qui pourra affecter également les reins, surtout si l’énergie mKhrispa* est prédominante dans votre constitution tibétaine. Pensez à bien vous hydrater tout au long de la journée.

Je me tiens à votre disposition et reste à votre écoute, si vous souhaitez connaître votre constitution et l’alimentation et le style de vie appropriés, ou encore procéder à un bilan énergétique tibétain.

N’hésitez pas à me contacter, je me réjouis de vous revoir ou de faire votre connaissance.

Contact

En attendant, Tashi Delek ! Portez-vous bien !

*Pour en savoir plus sur la nature des différentes énergies vitales rLung, mKhrispa et Badkan, lire ici mon article paru dans la revue Biocontact.  

Biocontact n°279: Dossier spécial Médecine Tibétaine

Le magazine biocontact a décidé de consacrer son dossier mensuel du numéro 279 à la médecine traditionnelle tibétaine.

Ce magazine est distribué gratuitement dans tous les magasins bio de France et sur les salons spécialisés. Depuis sa création en 1991, ce mensuel informe le public sur toutes les alternatives dédiées au mieux-être autour de 3 axes :

  1. L’alimentation biologique
  2. Les médecines naturelles
  3. Le respect de l’environnement

La médecine traditionnelle tibétaine y avait donc toute sa place ! Ce numéro 279 de Biocontact a été tiré à 256 600 exemplaires.  Vous pouvez le commander sur le site www.biocontact.fr

Au sommaire de ce dossier Biocontact :

  • L’art tibétain de la guérison par Pawo Dorje Lire l'article
  • Test : quel nyepa êtes-vous ? par Pawo Dorje Lire l'article
  • La médecine selon Bouddha par Sofia Stril-Rever
  • Retrouver son équilibre par l’alimentation par Guillaume Buissart
  • Une pharmacopée millénaire par Anna Fedorova
  • Massages, yoga, compresses, moxas…les thérapies externes de Sowa Rigpa par Elise Mandine
  • Yuthok Nyingthig : trois étapes pour trouver la Voie par Isabelle Preuilh

 

 

Sortie du livre: l’Art Tibétain de l’Analyse d’urine

Plongeant ses racines dans les pratiques chamaniques Bön de l’Antiquité, l’analyse d’urine s’est imposée comme méthode majeure de diagnostic pour Sowa Rigpa, l’Art tibétain de la guérison.

Yuthok Yonten Gonpo, père de la médecine traditionnelle tibétaine, énonçait au XIIème siècle que si l’étude du pouls ne permettait pas de conclure, le diagnostic devait être établi sur la base de l’analyse d’urine.

Au même moment en Occident, le flacon d’urine était l’emblème du médecin. Puis de complexité croissante en supercherie, l’observation de l’urine fut progressivement abandonnée au profit de l’analyse de laboratoire, cantonnée aux pathologies rénales et urogénitales.

Pourtant, les récents développements techniques et scientifiques renouent avec la vision traditionnelle de l’urine, vue comme un miroir reflétant clairement l’état de santé.

Ce guide pratique présente les bases théoriques de la médecine tibétaine à la lumière de l’approche occidentale et livre les secrets d’une authentique et puissante méthode d’évaluation de la santé par la simple observation de l’urine, encore pratiquée dans l’aire himalayenne (Tibet, Chine, Népal, Mustang, Dolpo, Zanskar, Bhoutan, Ladakh…) et au-delà, en Mongolie, Russie, etc.

A l’heure où l’Organisation Mondiale de la Santé fait la promotion de la médecine intégrative, cet ouvrage est un plaidoyer pour une médecine collaborative au sein de laquelle les systèmes médicaux traditionnels et conventionnels s’enrichissent mutuellement par leurs meilleurs apports et dans le plus profond respect, pour le bien de tous les êtres.

Préface du Dr Nida Chenagtsang

Format broché 14.8 x 21 cm
220 pages
ISBN: 978-2-322-11527-3

Disponible chez votre libraire, ou sur les sites de vente en ligne, au format broché ou livre numérique e-book :

fnac

amazondecitre

chapitre

 

 

 

 

Webconférence: Sowa Rigpa, l’Art tibétain de la guérison

Une émission de CTVM-TV

A l’invitation de la web-tv CTVM-TV « Les Clés Terrestres du Vivre Mieux »  (https://www.ctvm-tv.com/), j’ai eu l’occasion de présenter Sowa Rigpa, l’Art tibétain de la guérison lors d’une web conférence le mercredi 26 octobre 2016.

De la même façon qu’on désigne la médecine traditionnelle indienne par le mot Ayurveda, littéralement la science ou la connaissance de la vie, la médecine traditionnelle tibétaine est désignée sous le terme Sowa Rigpa.

Sowa Rigpa signifie la connaissance de la guérison, ou encore l’art de guérir, mais cela ne révèle qu’un aspect. En effet, Sowa Rigpa signifie également la nourriture de la conscience.

Ces deux aspects conjugués de Sowa Rigpa en font une médecine holistique unique intégrant les besoins physiques, mentaux, spirituels, voire environnementaux des individus.

Webconférence à voir ou revoir sur la chaîne CTVM-TV: https://www.ctvm-tv.com/

ou sur Youtube https://www.youtube.com/watch?v=eO6TctCrq5k

 

Anatomie subtile et respirations de purification

L’association Yoga ensemble m’a offert l’opportunité de présenter brièvement l’anatomie subtile et les respirations de purification ce dimanche 24 avril 2015, dans le cadre du week-end Yoga Bien-être.

L’anatomie subtile

Notre corps physique est constitué de tissus (musculaires, osseux, etc.) dont certains vont prendre la forme de tubes ou canaux. Ce sont les vaisseaux sanguins, nerfs, etc..

Ils sont parfaitement observables, pour peu qu’on aie un chirurgien sous la main :), et sont donc dotés d’une réalité anatomique. Ces canaux permettent à l’énergie de circuler, tels l’énergie de chaleur ou l’influx nerveux électrique. Cette énergie véhicule des informations: le sang transporte les hormones messagères de nos émotions et l’influx nerveux transmet des signaux de douleur, de détresse ou encore des signaux de commande.

Si notre corps était un pays, les canaux en seraient les autoroutes, routes, chemins, les fleuves, rivières… et les canaux fluviaux.

Mais ce n’est pas tout. Notre corps renferme des canaux plus subtils, dépourvus de réalité anatomique. Ils sont comparables aux couloirs aériens: invisibles mais néanmoins bien réels. Ces canaux subtils véhiculent l’énergie vitale.

canaux d'énergie subtile
Canaux d’énergie subtile

De la même façon que les arbres ont un tronc, des branches, des feuilles et des nervures, ces canaux ont de multiples ramifications. Ils portent le nom tibétain de rTsa (littéralement: les racines). Les canaux peuvent s’enrouler et former des roues. L’énergie circulant dans ces roues tourbillonne en vortex. Ces roues en mouvement se nomment Khorlo en tibétain, tandis qu’en sanscrit on les appelle Chakra. Le système tibétain considère 5 khorlo principaux (et non pas 7 chakra comme le système indien), reliés aux 5 éléments ainsi qu’aux 5 sagesses représentées par les 5 Dhyani Bouddhas, les Bouddhas vainqueurs.

Tout ceci constitue le domaine de l’anatomie subtile.

Ces canaux peuvent être simplifiés en trois canaux vitaux appelés les 3 mères ou les 3 reines.

Les 3 mères

Le canal central monte de la base au sommet du crâne. Il est relié à l’élément Air et à l’énergie rLung, ainsi qu’au poison mental du désir-attachement, de l’avidité. On le visualise généralement en bleu.

Le canal de droite part du canal central à 4 doigts sous le nombril, puis s’élève sur le côté droit du corps et débouche par la narine droite. il est relié à l’élément Feu et à l’énergie mKhrispa, ainsi qu’aux poisons mentaux de la colère et de la haine-aversion. On le visualise généralement en rouge.

De la même façon, le canal de gauche s’élève depuis le même point central à 4 doigts sous le nombril, jusqu’à la narine gauche. il est relié aux éléments Terre et Eau et à l’énergie Badkan, ainsi qu’aux poisons mentaux de l’ignorance et la confusion mentale. On le visualise généralement en blanc.

Les 9 respirations de purification

La pratique des 9 respirations de purification permet au quotidien de nettoyer les 3 canaux et de participer à l’éviction des 3 poisons mentaux associés. Cette pratique est illustrée par mon amie Anastasia dans la vidéo suivante.

N’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact si vous avez des questions ou si vous souhaitez prendre rendez-vous. Bonne pratique !

Toudjéché !

Tou djé ché ! Merci !

Après cette première conférence champenoise sur la médecine tibétaine Sowa Rigpa et l’atelier de découverte de la moxibustion mongole Hor-Me,

me voici de retour en Normandie, le coeur rempli de tous ces sourires.

Merci à l’association « Les clés du Bien-Vivre«  pour l’organisation des activités de ce week-end. Un grand merci à Sylvie et Isabelle, merci pour votre accueil chaleureux et votre bienveillance.

Je n’oublie pas les participants à la conférence ni les curieuses/curieux qui ont osé venir découvrir cette pratique ancestrale qu’est le Hor-Me, la moxibustion mongole.

J’ai pris beaucoup de plaisir en votre compagnie.

Vous êtes plusieurs à m’avoir demandé de revenir. Eh bien, c’est certain, je reviendrai l’année prochaine !

  • Sowa Rigpa l'Art tibétain de la guérison

Joyeux Losar 2143

Le 9 février 2016, premier jour suivant la nouvelle lune de février, marque le Losar, le nouvel an royal tibétain.

Nous entrons dans l’année du Singe de Feu.

Cette année sera donc empreinte du caractère du singe. « L’esprit est comme un singe qui saute de branche en branche ». C’est bien là le caractère du singe, vivant, actif. Il est plein de vivacité, très inventif, et parfois instable. Le singe peut aussi se montrer calculateur, et pas nécéssairement digne de confiance.

Read more « Joyeux Losar 2143 »

Les Tibétains: des médecins de l’âme

La médecine tibétaine arrive pas à pas en Occident, et a sans aucun doute beaucoup  de choses à nous apprendre.

C’est en ces termes que l’auteur-journaliste Miriam Gablier introduit la médecine tibétaine dans un cours article publié sur le site de l’INREES en novembre 2013.

Les canaux d'énergie vitale selon la médecine tibétaine
Canaux d’énergie vitale selon la médecine tibétaine

En effet, la médecine tibétaine a une conception holistique de l’être humain en considérant à la fois le corps physique, l’esprit, et l’énergie, cette dernière étant à la fois le lien entre le corps et l’esprit, ce qui relie les êtres (humains ou non) entre eux, et entre eux et leur environnement.

Dans l’approche tibétaine de la santé, l’être est non seulement considéré dans sa globalité, mais les êtres ne sont pas perçus comme des entités indépendantes, mais interdépendantes. C’est là le coeur de cette tradition ancestrale qu’est la médecine tibétaine.

 

Lire l’article de Miriam Gablier sur le site de l’INREES: http://www.inrees.com/articles/medecine-tibetaine/

La Médecine Tibétaine

La Médecine Traditionnelle Tibétaine (MTT) fait partie des 3 grandes médecines orientales, les deux autres étant la médecine traditionnelle indienne (Ayurveda) et la médecine traditionnelle chinoise (MTC).

La Médecine Traditionnelle Tibétaine est un des plus anciens systèmes de soins au monde, dont les racines remontent à l’Antiquité. Cette « science de guérison » (Sowa Rigpa en tibétain) mêle de façon unique les connaissances autochtones du Tibet prébouddhique (le Bouddhisme n’y ayant été introduit qu’au VIIIème siècle après JC) à différents apports de l’Inde, de la Perse, de la Grèce et de la Chine.

La Médecine Traditionnelle Tibétaine est une science médicale qui traite des besoins physiques, émotionnels et spirituels de l’individu grâce à un système intégré original.

Read more « La Médecine Tibétaine »